Que faire en cas de dilemmes déontologiques?

Vous travaillez en tant que psychologue et une situation délicate voire problématique survient ? Nous espérons que vous pourrez trouver l’aide nécessaire pour y apporter une solution appropriée. Ci-dessous vous trouverez quelques indices qui s’offrent à vous pour vous fournir des pistes de réflexion et des éléments de réponse.

Démarches à entreprendre en cas de dilemmes déontologiques 

Principes généraux de prise de décision éthique

L’autonomie professionnelle et la responsabilité du psychologue

Quand parler d'un dilemme déontologique?

 

Démarches à entreprendre en cas de dilemmes déontologiques

  1. Référez-vous à votre code de déontologie

Votre agrément est lié au code de déontologie du psychologue. Cet outil vous donne la possibilité de confronter le bien-fondé de vos actions aux normes définies par le législateur. Ainsi, vous êtes tenu d’observer :

  • non seulement les prescriptions énoncées dans le code
  • mais aussi, par analogie, des principes généraux de dignité, d’intégrité et de délicatesse propres à la profession de psychologue
  1. Parcourez notre page "Questions et réponses"

La Commission des Psychologues reçoit de nombreuses questions d’ordre éthique de la part des psychologues agréés. Les questions les plus fréquentes et leur réponse ont été compilées sur le site web (sous forme de « FAQ’s », Frequently Asked Questions) et sont régulièrement actualisées.

Les FAQ consistent en des informations de nature générale et juridiquement fondées. Leur objectif est de fournir des éclaircissements du code. Par exemple, les concepts ou lois mentionnés dans le code sont explicités. Il est important de signaler que ces informations ne sont pas des avis et ne remplacent en aucun cas des concertations avec des collègues.

  1. Consultez un confrère

Vous pouvez consultez un confrère par exemple via des supervisions ou intervisions. Cette démarche est explicitement prévue dans le code (article 36). Il va de soi que les informations seront échangées dans le respect du secret professionnel, comme lors des points d’actions suivants.

  1. Contactez une instance spécialisée

Retrouvez plus d'informations sur la page guide.  

  1. Contactez votre fédération professionnelle

Les fédérations reconnues sont l’APPpsy l'UPPsy et la FBP. L’affiliation est, en général, exigée pour traiter votre demande.

Retour

 

Principes généraux de prise de décision éthique

Parfois, il arrive qu’aucune solution idéale ne puisse être apportée. Dès lors, nous vous recommandons de garder à l’esprit les principes généraux suivants :

  • L’intérêt de votre patient : ce qui prime est l’intérêt de votre patient (ou de mineurs/personnes vulnérables dans l’entourage du patient), dans les limites de ce qui est prescrit par la loi. Veuillez noter que degré de protection accordé au client, patient ou sujet est irréversible : dès que cette qualité a été acquise, la personne conserve ce statut et les droits qui en découlent.
  • Le respect du secret professionnel : le respect du secret professionnel est LA règle à suivre, à moins que des exceptions soient prévues. Dans ce cas, le partage d’informations est soumis à des conditions strictes. Lisez à ce sujet notre article Le secret professionnel du psychologue sous la loupe.
  • Habitudes proactives : vous pouvez développer des habitudes proactives qui vous aideront à déterminer un cadre de travail solide et à repérer la survenue de problèmes. Nous vous invitons ainsi à participer à des formations continues.
  • Votre raisonnement éthique par écrit : il est souhaitable de disposer d’écrits soutenant votre raisonnement éthique. Tout justificatif pourra vous être utile au cas où une plainte est déposée auprès du Conseil disciplinaire. Cette instance, récemment instaurée, se prononce sur les plaintes et invite les psychologues inquiétés à exposer leurs motivations.

Au fil du temps, une jurisprudence pourra être établie. Ceci consiste en l’ensemble des décisions habituellement rendues par le conseil disciplinaire. Ces informations pourront servir de repères supplémentaires dans les situations plus complexes.

Retour

 

L’autonomie professionnelle et la responsabilité du psychologue

Nous souhaitons vous renvoyer à votre autonomie professionnelle et votre responsabilité consacrées par les articles 25, 28 et 50 du code. C’est à vous qu’il revient de choisir votre méthode de travail et de prendre des décisions lorsque vous vous trouvez face à un problème éthique.

Retour

Quand parler d'un dilemme déontologique?

En tant que psychologue, votre champ d’activité vous confronte quotidiennement à l’être humain. C’est toujours passionnant, souvent complexe, mais parfois aussi troublant. Il peut arriver de vous retrouver face à un problème qui paraît insoluble. Selon une publication de l’EFPA, des dilemmes peuvent se présenter :

  • soit lorsque des principes éthiques s’opposent ;
  • soit des obligations du code de déontologie s’avèrent contradictoires entre elles dans certaines situations ;
  • enfin, quand des considérations éthiques peuvent s’opposer à d’autres obligations légales.

Source: European Federation of Psychologists Associations. (1999). Recommendations for teaching ethics for psychologists. Consulté sur www.efpa.eu

Retour


 
Partagez cette page